Qui sommes-nous ?

Marie Delaplace et Bertrand Réau vous présentent l’association AsTRES

Marie Delaplace - AsTRES
Marie DELAPLACE

Marie Delaplace a été responsable de l’animation de l’association de 2011 à 2014 lorsque l’UPEM (aujourd’hui UGE) présidait l’association. Elle a œuvré à l’expansion du réseau de l’association, à la création de son premier site web, et au lancement du concours du meilleur mémoire. Elle est référente d’AsTRES pour l’université Gustave Eiffel (UGE).

Bertrand Réau - AsTRES
Bertrand REAU

Bertrand Réau est délégué à la présidence d’AsTRES pour le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) qui préside l’association depuis 2019.

L’origine de l’association

Marie Delaplace : AsTRES est une association créée par des présidents d’universités en septembre 2010. Les présidents d’universités fondateurs estimaient que la recherche et les enseignements publics du tourisme en France étaient insuffisamment mis en avant. L’objectif était de faire reconnaître l’importance des formations mais également des recherches en tourisme dans les universités et établissements publics en France.

Si les formations en tourisme sont reconnues dans les universités, ce n’est pas toujours le cas des recherches en tourisme qui restent peu valorisées dans la recherche universitaire malgré l’existence d’instituts reconnus pour leurs formations en raison du cloisonnement disciplinaire caractérisant la recherche en France.

Le Conseil National des Universités reconnaît ainsi des disciplines comme la géographie, l’économie, les sciences humaines etc. Le tourisme est pluridisciplinaire, voire transdisciplinaire. En effet, pour appréhender les réalités touristiques y compris en matière de recherche il faut mobiliser différentes disciplines. Ce qui explique pourquoi les recherches en tourisme sont peu valorisées car elles sont toujours à la marge. Ainsi, si des recherches en économie sont menées et portent sur le tourisme, le chercheur se trouve à la marge de l’économie, et non au cœur de cette discipline.

L’action d’AsTRES au fil des ans

Marie Delplace : AsTRES organise un colloque annuel portant sur des thématiques plus ou moins larges. En 2021, ce colloque est coorganisé avec ORME (l’Observatoire de Recherche sur les Méga-Evènements) que j’ai co-fondé. Aux vues de la situation sanitaire, ce colloque aura lieu en distanciel. 70 propositions de communications qui viennent d’une quinzaine de pays ont été sélectionnées. Ce colloque international a pour sujet principal « la ville, les évènements, les méga évènements et le tourisme ».

Bertrand Réau : Les colloques d’AsTRES et leurs appels à contributions ne sont pas réservés exclusivement aux membres de l’association ! Ils peuvent être organisés en partenariat avec d’autres réseaux ou groupes comme cela a été le cas pour le colloque qui s’est tenu au Brésil, en 2019. Ils visent à faire vivre une recherche autour des questions « tourisme et loisirs » : l’un des objectifs très spécifiques de l’association.

Marie Delaplace : En plus de ce colloque annuel, l’association organise des concours de mémoires et de thèses. Mais son action ne s’arrête pas là. AsTRES a également organisé une Summer School :  une université internationale d’été, destinée à des étudiants étrangers qui se rendaient en France pour faire l’équivalent d’un « Grand Tour » des universités françaises membres du réseau. Les universités partenaires organisaient des conférences souvent liées à leur spécialisation (tourisme d’affaires à Nice). Pour la première fois, un diplôme international co-signé par les différentes universités membres d’AsTRES a été délivré. L’association, avec le soutien des étudiants de l’université Gustave Eiffel, a aussi organisé des journées à destination des professionnels et des étudiants (journées professionnelles). Chaque journée a porté sur une thématique différente : les hébergements, l’emploi, et l’innovation.

L’action récente de l’association

Bertrand Réau : Le CNAM a pris la présidence de l’association en 2019. Cette année-là, l’association a pu organiser un prix de thèse et de mémoire, un colloque avec notre réseau partenaire brésilien à Belém (Brésil) et également une journée d’étude autour du travail et de l’emploi qui va donner lieu à la publication d’un ouvrage en anglais.

Marie Delaplace : En 2020, AsTRES a porté la publication d’un numéro spécial de l’Instant Recherche, publié par la Conférence Nationale des Présidents d’Universités et que j’ai coordonné[1]. Ce numéro présente des articles qui portent sur différentes thématiques mais sont tous en lien avec la pandémie et le tourisme.

Bertrand Réau : Les écoles doctorales tout comme les journées professionnelles n’ont pu avoir lieu ces dernières années notamment à cause du coup d’arrêt imposé par la pandémie. Il faut repenser l’organisation à cause de la situation sanitaire qui rend plus difficile l’organisation d’évènements en présentiel.

La place d’AsTRES dans l’environnement français

Bertrand Réau : Dans l’environnement français du tourisme, AsTRES est une association qui travaille à la fois sur la recherche et la formation. Il faut garder cette spécificité à l’esprit car cela la différencie de la Conférence d’Excellence du Tourisme (CFET) qui œuvre à la labellisation des formations d’excellence. Les deux organisations ont donc des logiques différentes. La CFET ne promeut pas la recherche portant sur le Tourisme et AsTRES ne propose pas de label qu’elle délivrerait à ses membres. Au contraire, l’association choisit de soutenir l’ensemble des formations du réseau à travers des actions de promotion, de soutien, d’échange comme les Journées Professionnelles. Les concours de mémoire et de thèses sont aussi une opportunité pour faire le lien entre l’enseignement et la recherche, tout en valorisant des travaux issus de formations de membres d’AsTRES.

Les axes de développement

Bertrand Réau : Aujourd’hui AsTRES souhaite travailler sur plusieurs axes : « international », « communication et diffusion », « positionnement auprès d’autres acteurs », « élargissement ».

L’association souhaite renforcer son positionnement à l’international en multipliant les collaborations avec des réseaux similaires à AsTRES et pouvoir ainsi créer un méta-réseau.

Dans un second temps, AsTRES souhaite développer sa stratégie de communication et mettre en avant les actions, et recherches des universités membres. La recherche sur le tourisme en France a la particularité de s’opérer en grande partie dans des départements qui ne sont pas spécifiquement « tourisme ». Un réseau tel qu’AsTRES prend donc tout son sens. AsTRES donne de la visibilité, c’est pour cela que notre axe « communication » est si important car il permet la diffusion et le partage des connaissances. AsTRES veut également orienter sa communication à destination des étudiants et anciens étudiants des établissements membres. Sont à l’étude la création d’un réseau d’anciens étudiants (commun à toutes ces formations), des animations, une bourse de l’emploi et une bourse des stages. Toujours sur le thème de la communication et de la diffusion d’informations et de savoir, AsTRES va développer sa présence digitale.

Aussi, AsTRES se positionne comme un interlocuteur des pouvoirs publics que ce soit au niveau ministériel, ou territorial. AsTRES est depuis sa création en contact avec la Direction Générale des Entreprises (l’un des organismes de l’Etat en charge du Tourisme) qui l’a soutenu pendant plusieurs années. L’association se veut force de proposition, relais, et pourquoi pas devenir un intermédiaire entre les acteurs professionnels et territoriaux et le monde de l’enseignement et de la recherche. Cet axe reste à travailler.

Le dernier axe important est le renouvellement de l’association qui s’est récemment agrandie et a accueilli de nouveaux membres – l’EM de Strasbourg, et l’Université de Lyon Lumière 2 (avec son département marketing) et un ancien membre qui s’était éloigné momentanément, l’Université Côte d’Azur (IAE de Nice). Ces trois institutions distinctes permettent de renforcer la présence de l’association en Sciences de gestion, marketing et économie. AsTRES étend également sa présence territoriale et est dorénavant présente en Nouvelle Aquitaine, en Ile de France, dans le Grand Est, la Région Rhône-Alpes, la région Occitanie et la région PACA. Cette diversification des thématiques et disciplines de recherche représentées par AsTRES permet d’imaginer :

  • En matière de recherches : d’autres axes de colloques, des publications différentes,
  • Et en matière de formations : la création de nouvelles coopérations et pourquoi pas, la relance de ces fameuses écoles doctorales d’été.

Pour conclure

Bertrand Réau : AsTRES a la volonté de se positionner comme un acteur plus général auprès des pouvoirs publics et des acteurs du monde professionnel et aussi bien évidemment au sein des universités et établissements publics de recherche et de formation. Si l’association permet aux universités de discuter entre elles, il est certain qu’elle a des choses à offrir au monde professionnel et aux représentants des pouvoirs publics en charge du tourisme. L’association se positionne aussi comme un acteur du renouvellement des modes de pensées et des modes d’actions du tourisme de demain que ce soit par les actions déjà menées, la publicisation de programmes de recherche en cours, les prix de masters et de thèses…


[1] CPU « L’instant Recherche », n°14, juillet 2020, http://www.cpu.fr/newsletter/cpu-linstant-recherche-n14/?frame=0


Les objectifs de l’association

  • Structurer le réseau des universités, EPST et EPSCP français, proposant des formations et des thématiques de recherche identifiées dans le domaine du Tourisme, afin de développer un milieu de recherche,
  • Promouvoir la thématique Tourisme au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche,
  • Faire reconnaitre les niveaux L, M et D par le monde professionnel en favorisant des partenariats avec des personnes extérieures appartenant notamment au monde économique,
  • Favoriser des partenariats entre les membres du réseau, développer des synergies sur la thématique Tourisme dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, au niveau européen et plus largement sur le plan international (art. 2 des statuts).

Contactez-nous

Vous voulez en savoir plus sur l’association ? N’hésitez pas et envoyez-nous un message !

Vous pouvez aussi nous contacter via les réseaux sociaux :